3425901_6_8a82_l-ancien-premier-ministre-socialiste-et-ancien_6e70e797e7537fc6755926002139202c

Il  n’a pas attendu l’appel du 18 juin, ni celui du 8 juin pour la commémoration des morts en Indochine, le « Gros Quinquin » s’en est allé discrètement ce jour, sur la pointe des pieds. Le personnage en imposait par sa stature,  véritable Tribun, il excellait dans l’art de chauffer une salle dans un meeting politique et de tenir une assemblée en haleine lorsqu’il fallait attendre un invité en retard.

Je garde en mémoire, lors d’un  repas avec lui à la mairie de Lille, où je venais de lui animer une journée de l’Enfance,  l’image d’un père mais surtout d’un très grand humaniste épicurien qui cachait derrière un physique imposant une certaine timidité.

Peu de gens savent aujourd’hui, que Pierre Mauroy a été un militant acharné et passionné de l’Education Populaire. Il a été l’un des fondateurs de la Fédération Léo Lagrange le 6 novembre 1950 mais également l’un des animateurs du GEROGEP  (Groupe d’Etude et de Rencontre des Organisations de Jeunesse et d’Education Populaire) créé le 8 août 1958 qui fit parler de lui au moment de la guerre d’Algérie. Le GEROGEP sera la matrice qui servira en 1968 à créer le CNAJEP dont je serais l’un des Présidents quelques années plus tard. Ceci pour témoigner d’une certaine complicité qui nous unissait lors de nos échanges au PS ou ailleurs et que je décryptais dans ses yeux

C’est un grand vide qu’il laisse aujourd’hui, mais son image, sa personnalité, son action politique resteront à jamais gravées sur et sous les pavés du  "Vieux Lille » dont il est l’artisan de la rénovation et de l’embellissement  et qu’il me sera toujours agréable de fouler lors la Grande Braderie de chaque année.

Enfin, pour les camarades socialistes de la section de Châlons et notamment pour les jeunes militants, il est important  de rappeler qu’en juin 1981, Pierre Mauroy Premier Ministre, anima du balcon de la mairie devant une place Foch noire de monde, à côte de Jean Reyssier maire de la Ville, un meeting politique dans le cadre des élections législatives qui suivaient l’élection de François Mitterrand. Il bon de se souvenir également qu’il inaugurera  en novembre 1992, les nouveaux locaux de la section socialiste de Châlons, 5 rue Thiers, au siège de l’association des Amis de Jean Jaurès.

Alain GOZE

(source photo journal le Monde)